Freelance, entrepreneur, autoentrepreneur, les différences ?

Freelance, entrepreneur, autoentrepreneur, les différences ?
23 juillet 17:29 2018 Imprimer Cet Article

Demain, tous entrepreneurs ? C’est une question qui revient régulièrement dans le débat public, surtout lorsqu’on constate l’engouement autour de la création d’entreprise. Parfois, cependant, certains termes sont flous et employés à tort. Il est ainsi utile de clarifier les différents types d’entrepreneuriat et ce qui les distingue.

 

L’entrepreneur

 

Dans le langage courant, l’entrepreneur est celui qui crée tout type de société : microentreprise, société individuelle, franchise, société à responsabilité limitée… En clair, il englobe tous les autres types d’entrepreneurs, comme l’autoentrepreneur, l’entrepreneur individuel ou le chef d’entreprise avec plusieurs employés.

 

Le terme d’entrepreneur peut aussi être employé dans d’autres circonstances, plus ou moins proches de sa signification commune. En créant une association, on devient entrepreneur. En étant quelqu’un qui va de l’avant et qui tente souvent de nouvelles choses, on peut également être assimilé à un entrepreneur…  

 

Le freelance

 

En plein essor, le freelancing séduit de plus en plus de français (près d’un million en 2018). Toutefois, le terme est vaste et ne peut définir un type d’entrepreneur en particulier. On retrouve sous cette appellation bon nombre de travailleurs indépendants (mais pas les professions libérales) comme les autoentrepreneurs quels qu’ils soient (professions intellectuelles comme coursiers à vélo), mais également les patrons d’entreprises individuelles (comme l’EURL : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).

 

Le freelance s’identifie plus à ce terme par sa démarche et son activité que par son statut. D’ailleurs, ce n’est pas du tout un statut ! Le freelancing est très populaire pour compléter un revenu ou pour travailler en étant indépendant.

 

L’autoentrepreneur

 

Enfin, l’autoentrepreneur est celui qui a créé une autoentreprise ou une microentreprise, qui est le nouveau nom de l’autoentreprise. Il faudrait donc désormais appeler les autoentrepreneurs les « microentrepreneurs », bien que le terme ne soit pas encore entré dans le langage courant (ni dans le dictionnaire).

 

Par autoentreprise ou microentreprise, on parle ici d’un statut légal pour une société. C’est une entreprise en nom propre, c’est à dire au même nom que celui qui la crée. Il s’agit notamment des coursiers en deux-roues qui arpentent les rues pour livrer les repas, de beaucoup de rédacteurs web ou de consultants ne dépassant les 70 000€ de revenus annuels (au-delà, il faut créer une entreprise individuelle).

 

  Catégories:
écrire un commentaire

0 Commentaires

Pas de commentaires pour l’instant!

Laissez votre commentaire et débutez une conversation ! .

Ajouter un Commentaire